gentil


gentil

1. gentil [ ʒɑ̃ti ] n. m.
• 1488; lat. gentiles « étrangers, païens »
Hist. relig. Nom que les juifs et les premiers chrétiens donnaient aux païens. infidèle; gentilité. Saint Paul, l'apôtre des gentils. gentil 2. gentil, ille [ ʒɑ̃ti, ij ] adj.
XIe; lat. gentilis « de famille, de race »
1Vx Noble de naissance. gentilhomme.
Noble de cœur ( généreux); brave, vaillant ( preux).
2(XIIIe) Mod. Qui plaît par la grâce familière de ses formes, de son allure, de ses manières. agréable, aimable, 1. beau, gracieux, joli, mignon, plaisant. Elle est gentille comme un cœur. « de petits êtres gentils, fort mignons et fort poupins » (Gautier). (Choses) charmant. Un gentil minois. Une gentille petite robe. C'est gentil chez vous. C'est gentil comme tout. Fam. C'est gentil tout plein. Péj. Agréable mais un peu superficiel. gentillet.
3(v. 1360) Qui plaît par sa délicatesse morale, sa douceur, sa bienveillance. délicat, généreux, prévenant. Une gentille attention. J'ai reçu votre gentille lettre. C'est gentil de sa part. C'est gentil à vous d'être venus. aimable. « vous venez faire visite au vieux capitaine; c'est gentil à vous » (Vigny). Loc. fam. C'est bien gentil, mais... (marquant la réticence ou le désaccord). C'est bien gentil, mais c'est l'heure de partir. Être gentil avec qqn, pour qqn, avoir pour lui des égards, des attentions. ⇒ attentionné. Vous êtes trop gentil. Vous serez gentille de fermer la porte derrière vous. Sois gentil, fais-le à ma place.
4(Enfants) sage, tranquille; région. 2. fin. Si tu es gentil, tu auras un bonbon.
5D'une certaine importance. coquet. Il en coûte la gentille somme de...
⊗ CONTR. Laid. Désagréable, dur, égoïste, méchant, vilain. Insupportable.

gentil nom masculin (latin ecclésiastique gentiles, les Barbares) Nom donné par les juifs de la Diaspora aux non-juifs et par les premiers chrétiens aux païens. ● gentil (expressions) nom masculin (latin ecclésiastique gentiles, les Barbares) Apôtre des gentils, appellation donnée à l'apôtre saint Paul. ● gentil (synonymes) nom masculin (latin ecclésiastique gentiles, les Barbares) Nom donné par les juifs de la Diaspora aux non-juifs...
Synonymes :
- infidèle
- mécréant
Contraires :
- chrétien
- fidèle
gentil, gentille adjectif (latin gentilis, de race) Agréable à voir pour sa délicatesse, son charme ; mignon : Un gentil visage. Aimable, complaisant, plein de bons sentiments à l'égard d'autrui ; qui manifeste ce caractère ; délicat : C'est une gentille attention de sa part. Se dit d'un enfant qui se conduit bien, qui est sage ; tranquille : Les enfants n'ont pas été très gentils aujourd'hui. Qui est agréable, assez joli, assez intéressant mais sans plus ; gentillet, charmant : C'est gentil chez vous. Se dit d'une somme d'argent assez importante, assez considérable ; coquet : C'est déjà une gentille somme. Dont la qualité est assez remarquable : Un gentil talent.gentil, gentille (difficultés) adjectif (latin gentilis, de race) Prononciation [ʒ̃&ph104;&ph93;], au masculin, le l ne se prononce pas, comme dans fusil. ● gentil, gentille (expressions) adjectif (latin gentilis, de race) Être bien gentil, mais…, introduit une désapprobation, une rectification. ● gentil, gentille (synonymes) adjectif (latin gentilis, de race) Agréable à voir pour sa délicatesse, son charme ; mignon
Synonymes :
- agréable
Contraires :
- déplaisant
Aimable, complaisant, plein de bons sentiments à l'égard d'autrui ; qui...
Synonymes :
- attentionné
- bon
- chic (familier)
- empressé
- prévenant
Contraires :
- désagréable
- désobligeant
- détestable
- méchant
Se dit d'un enfant qui se conduit bien, qui est...
Synonymes :
Contraires :
- infernal (familier)
Se dit d'une somme d'argent assez importante, assez considérable ; coquet
Synonymes :
- coquet (familier)
- joli (familier)
- rondelet (familier)
Dont la qualité est assez remarquable
Synonymes :
- potable (familier)

Gentil, ille
adj.
d1./d Joli, gracieux, d'une fraîcheur plaisante. Elle n'est pas vraiment belle, mais elle est gentille.
(Choses) Charmant, coquet. Un gentil petit studio.
|| Agréable, mais sans grande portée, sans grande profondeur. Peintre qui a un gentil coup de pinceau.
d2./d Qui a des dispositions à être agréable à autrui, sociable, obligeant, attentionné. Un homme très gentil.
(Choses) Dire un mot gentil.
d3./d Sage, tranquille, docile, en parlant d'un enfant.
d4./d De quelque importance. C'est une somme encore assez gentille.
————————
Gentil
n. m.
d1./d Non-juif, chez les anciens Hébreux.
d2./d Païen, chez les premiers chrétiens. L'apôtre des gentils: saint Paul.
————————
Gentil
(émile) (1866 - 1914) explorateur français des territ. compris entre le Chari supérieur et le lac Tchad (1895-1898).

I.
⇒GENTIL1, subst. masc.
En gén., au plur., HIST. RELIG.
A. — [Par rapport aux Juifs, avant l'avènement du christianisme] Personne étrangère à la religion juive. L'aube est pour les Gentils comme pour les Hébreux (HUGO, Fin Satan, Le Gibet, 1885, p. 816). Il faut se rappeler combien fut tenace la division en Grecs et Barbares, Juifs et Gentils, Chinois et autres hommes (VIDAL DE LA BL., Princ. géogr. hum., 1921, p. 268). Joseph est jeté dans la citerne et vendu aux Gentils pour quelques pièces d'argent (CLAUDEL, Poète regarde Croix, 1938, p. 88) :
1. À l'époque alexandrine, avant la propagation du christianisme, le judaïsme avait assumé une tâche missionnaire et fait de nombreux prosélytes. Il avait proposé formellement aux Gentils, par une vaste littérature de propagande, son message universaliste, son monothéisme pur, sa morale de justice sociale et de charité...
WEILL, Judaïsme, 1931, p. 39.
Au sing., rare. Ali. — Mon père était un rabbin célèbre. Also! S'il avait su que sa petit-fille épouserait un Gentil (CLAUDEL, Pain dur, 1918, III, 4, p. 476).
B. — [Par rapport aux chrétiens, dans les premiers temps du christianisme] Païen. Conversion des gentils. Alors les diacres firent sortir du lieu saint tous ceux qui ne devoient point assister au sacrifice, les gentils, les possédés du démon, les pénitents (CHATEAUBR., Martyrs, t. 2, 1810, p. 202). Celui-là [Corneille] fut le premier parmi les Gentils qui reçut le Saint-Esprit avec la parole de Jésus-Christ (PSICHARI, Voy. centur., 1914, p. 156) :
2. ... quand les chevaliers de Godefroy de Bouillon eurent délivré le Saint-Sépulcre, les maçons chrétiens leur transmirent le secret, en récompense, et, de plus, toute leur science philosophique et alchimique, les priant de ne point répandre chez les gentils un art qui donnait aux fidèles tant de supériorité sur les autres hommes...
ADAM, Enf. Aust., 1902, p. 202.
L'apôtre des gentils. Saint Paul. Alors Paul fut choisi pour être l'apôtre des gentils (SAINT-MARTIN, Homme désir, 1790, p. 407).
♦ [P. allus. au nom donné à st Paul (cf. gentil1 B)] Ce ton de bonne compagnie, sa subtilité dans la casuistique des péchés mignons, son indulgence charmante et sa connaissance délicate de l'âme féminine lui valurent les recommandations des grandes dames du faubourg de la politique (...) diseur de riens, saint Paul à rebours, « apôtre des gentilles » telles étaient les appellations moqueuses dont on le désignait déjà en 1896 (BILLY, Introïbo, 1939, p. 50).
Prononc. et Orth. : []. Ds Ac. 1694-1932. Au plur. ds FÉR. 1768 et FÉR. Crit. t. 2, 1787. Étymol. et Hist. 1488 [éd. 1491] (La Mer des Histoires, I, 53b, Vaganay ds Rom. Forsch., XXXii, p. 71 : gentilz et infideles). Empr. au lat. chrét. gentiles, subst. plur., désignant, dans l'Anc. et le Nouv. Testament, les païens p. oppos. au peuple d'Israël, au peuple de Dieu (cf. Tobie, I, 12 et 2 Cor., XI, 26). Gentiles est la substantivation de l'adj. lat. class. gentilis « qui appartient à la famille, à la race, au peuple » puis « relatif aux nations étrangères [synon. externus, peregrinus, barbarus] », enfin, à l'époque chrét., synon. de paganus, ethnicus. L'évolution de gentiles est parallèle à celle de gens, qui, après avoir désigné le clan, la famille, la nation, puis, à l'époque imp., les nations étrangères au populus romanus, a été employé dans la langue d'Église pour traduire le gr. des Septante ( ), lui-même trad. de l'hébr. gôyîm « peuples », d'où « tous ceux qui n'appartiennent pas à la nation israëlite », v. Bible, s.v. Gentils; cf. l'a. fr. gens plur. trad. le lat. chrét. gentiles (XIIIe s. ds T.-L.); v. aussi gens. Fréq. abs. littér. : 118.
II.
⇒GENTIL2, -ILLE, adj.
I. — Vx. Noble de naissance. Vous êtes le fils d'un gentil chevalier (HUGO, Légende, t. 1, 1859, p. 190). La terre en moi et ma ligne devient gentille et noble comme une chose qui ne peut être achetée (CLAUDEL, Otage, 1911, I, 1, p. 225).
P. ext. Lautrec (...) essuya avec son gant une larme que lui arrachoit le souvenir du gentil pays de France (CHATEAUBR., Avent. dern. Abenc., 1826, p. 257).
II. — Usuel
A. — [Du point de vue de la perception, de l'esthétique]
1. Dont l'apparence, la présentation est charmante, agréable (à voir, à écouter).
[En parlant du physique d'une pers.] Que vous êtes bien gentille, ravissante, avec une gorgette à faire pâmer toute une classe d'écoliers (FLAUB., Smarh, 1839, p. 13). J'ai quelque chose à vous dire, ma fille : Allez-vous habiller, et faites-vous gentille (PONSARD, Honn. et argent, 1853, III, 3, p. 65). Toi, personne ne sait ce que t'es, avec ton gentil petit corps (BERNANOS, M. Ouine, 1943, p. 1476) :
1. Le sein d'Athénaïs, joli, petit, semblait naître, oser se gonfler à peine; mais ce jeune sein, pour le peu qu'on voyait, devinait, excitait un intérêt doux, touchait, attirait. La princesse regardait avec plaisir ce gentil petit corps de fille, si pur, si tendre et si désirable.
MICHELET, Journal, 1849-60, p. 578.
[En parlant d'une partie du corps] C'est gentil, cette nuque découverte des femmes (RENARD, Journal, 1893, p. 164). Regardant avec complaisance son gentil visage (ROLLAND, J.-Chr., Matin, 1904, p. 194).
Gentil comme un cœur (cf. joli comme un cœur). Très mignon. Dire qu'il me plaît fort, cela n'importe guère. C'est tout simple d'ailleurs, puisque je suis son père. Dire qu'il est gentil comme un cœur, c'est vulgaire; J'ai déjà dit là-haut qu'il avait de beaux yeux (MUSSET, Namouna, 1832, p. 398).
[En parlant d'un habit, d'un objet] Ce n'est pas avec ces appointements, je dis, qu'elle paierait la gentille robe de mohair blanc (COLETTE, Cl. école, 1900, p. 253). J'aime beaucoup ce petit bracelet... Cette mince chaîne à votre cou... Ces gentils petits bijoux de rien (CHARDONNE, Épithal., 1921, p. 68). Je viens acheter un pulovère. On m'a dit que vous aviez un petit modèle tout ce qu'il y a de gentil et pas cher du tout (AYMÉ, Cléramb., 1950, I, 7, p. 47).
[En parlant d'un lieu, d'une habitation] C'est gentil chez vous. Savez-vous que c'est gentil ce pavillon? C'est joliment décoré! (SCRIBE, VARNER, Mariage raison, 1826, II, 9, p. 403). Le pays est gentil avec son océan atténué et des anses qu'on appelle des « conches » tout le temps (VALÉRY, Corresp. [avec Gide], 1901, p. 388).
[En parlant d'un son, d'un bruit] Cela faisait un bruit léger, un gentil clapot, le long du canot (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Quest. du lat., 1886, p. 571). Les voix gentilles des cloches paysannes s'appelaient, se répondaient, de village en village (ROLLAND, J.-Chr., Buisson ard., 1911, p. 1373).
Rem. Gentil, en ces emplois, est inconnu des jeunes générations.
2. Dans le domaine des arts, de la littérature. [Avec une nuance dépréciative] Qui est agréable à voir, à lire, à écouter, tout en n'ayant guère de valeur. Ce sont de gentils spectacles, et qui auraient bougrement fait rire M. de Voltaire (FLAUB., Corresp., 1850, p. 161). Voici les gentils vers poétiques de la prime jeunesse de Lorrain qui défilent dans la salle rassérénée (GONCOURT, Journal, 1896, p. 899) :
2. On a cependant goûté la valse du dévêtement, la prière de Vénus, la gentille cantilène de violon qui accompagne la scène d'amour.
L. SCHNEIDER, Maîtres opérette fr., 1924, p. 237.
P. méton. Un gentil talent. Un talent qui produit des œuvres sans envergure. Alors son père, qui avait un gentil talent avec le crayon, voulut lui apprendre le dessin (MONTHERL., Pitié femmes, 1936, p. 1083).
B. — [Du point de vue social, moral]
1. [En parlant d'une action déterminée, ponctuelle]
a) [Le subst. désigne une pers.] Dont l'action est prévenante, délicate, agréable (pour les autres). Et voilà, il a été très gentil... Il s'était occupé de moi, il nous a accompagnés jusqu'à la porte de son cabinet (ZOLA, Bête hum., 1890, p. 67). Maintenant, soyez gentille, dites-moi ce que vous avez fait entre deux et trois? (MAUROIS, Climats, 1928, p. 55) :
3. Il se leva et ils remontèrent vers la station de taxi : — Je t'accompagne. — Ne te dérange pas. — C'est pour mon plaisir, dit-il tendrement. — Tu es gentil. Ça lui allait droit au cœur quand elle disait : « Tu es gentil avec cette voix et ces yeux. »
BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 281.
Gentil pour, avec (qqn). Ah! mon chéri, si tu savais comme j'ai besoin qu'on soit gentil avec moi! (ZOLA, Bête hum., 1890p. 185). Mon mari n'a pas été très gentil pour mon cousin (BOURGET, Sens mort, 1915, p. 50). J'ai voulu être gentil avec le chauffeur, je lui ai donné dix francs (PROUST, Prisonn., 1922, p. 367).
P. anal. Est-ce que la vie elle est gentille avec eux? (CÉLINE, Voyage, 1932, p. 382).
Être (très, bien) gentil de + inf. Tu es bien gentille de me donner des nouvelles de ta bonne maman avec tant de régularité (FLAUB., Corresp., 1863, p. 116). J'ajoutai : « Quant à moi, je ne veux m'occuper de rien, mais tu seras bien gentil d'aller aux nouvelles » (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Rouerie, 1882, p. 859). Que vous êtes gentil d'être venu! (GIDE, Faux-monn., 1925, p. 1171).
Être assez gentil pour + inf. Soyez assez gentil pour aller m'attendre dans ma chambre (PROUST, Guermantes 1, 1920, p. 73). Ma petite Mary, soyez assez gentille pour lui mettre quelque chose sur les épaules, voulez-vous? (MARTIN DU G., Thib., Consult., 1928, p. 1076).
Loc. Gentil comme tout. Très gentil :
4. La jeune femme sourit : « C'est moi, d'ailleurs, qui ai eu l'idée de vous envoyer chercher », reprit-elle. Je lui serrai la main : « Vous êtes gentille comme tout. »
MAUPASS., Contes et nouv., Bûche, 1882, p. 781.
[Avec une nuance iron.] Vous êtes bien gentil, mais il faut au moins un minimum de compétence, et je ne l'ai pas (VERCEL, Cap. Conan, 1934, p. 95).
En partic. [En parlant d'un enfant] Qui se conduit bien. Tu seras bien sage, bien gentille, tu resteras tranquillement à m'attendre dans le dodo et je reviendrai sitôt que ce sera fini (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Soirée, 1883, p. 1275).
[P. méton. du déterminé] Qui exprime l'attitude sympathique, amicale (de quelqu'un). Je serre son bras sous le mien, mais elle n'a pas son sourire gentil des autres fois (COLETTE, Cl. école, 1900, p. 55). Elle [ma mère] s'est mise à me picoter. D'ailleurs sur le ton gentil, de sorte que je me suis découvert un peu (MONTHERL., Ville dont prince, 1951, II, 2, p. 886).
b) [Le subst. désigne un inanimé, action ou attitude] Qui manifeste la bienveillance, les sentiments amicaux (de quelqu'un). La misère poursuit implacablement et minutieusement l'altruisme et les plus gentilles initiatives sont impitoyablement châtiées (CÉLINE, Voyage, 1932, p. 394).
[Avec une nuance restrictive quant au résultat] Qui exprime un sentiment cordial, mais qui ne tire pas à conséquence. Après une gentille bataille de paroles (GONCOURT, Journal, 1895, p. 802). En acceptant, même en recherchant cette gentille aventure avec Antonia, j'avais peut-être inconsciemment voulu me détourner de quelque attachement plus grave (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1939, p. 221).
Avoir, dire un mot gentil. Votre gentille lettre arrive aujourd'hui et me fait un peu regretter celle que je vous ai écrite hier (CLAUDEL, Corresp. [avec Gide], 1913, p. 215). Elle m'a dit alors quelques mots gentils, avec une maladresse très touchante (MAUROIS, Climats, 1928, p. 165). Maman va revenir. Dis-lui des choses gentilles, des choses qui viennent du cœur (DUHAMEL, Combat ombres, 1939, p. 151).
P. iron. (cf. supra II A 2). Bienveillant, mais sans grande valeur. Paule sourit avec indulgence : « Remarque que cette petite a dit des choses gentilles sur ton bouquin; seulement elle est comme les autres. Ils admirent sans comprendre » (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 117).
[Dans une constr. impers.] Qui témoigne d'une attitude ou d'un sentiment amical. C'est gentil ce que vous me dites sur le trio d'amis, vous, Georges et Guy (FLAUB., Corresp., 1879, p. 287) :
5. — Mes enfants, il faut boire à vos bonnes amies, si vous en avez, et il faut boire à la gloire de la France... Je ne connais que ça, vive la joie!
— C'est bien vrai, mon lieutenant, à votre santé et à la santé de tout le monde! Tous burent, réconciliés, réchauffés. Ce fut très gentil, cette goutte, dans le petit froid du matin, au moment de marcher à l'ennemi.
ZOLA, Débâcle, 1892, p. 232.
C'est gentil de + inf. Ce n'est pas gentil de me laisser si longtemps sans nouvelles (FLAUB., Corresp., 1877, p. 302). C'est gentil de revenir me voir (QUENEAU, Pierrot, 1942, p. 51).
P. iron. Ah! c'est gentil de me laisser seule, toute une journée (MIRBEAU, Journal femme ch., 1900, p. 82).
C'est gentil de (sa) part. C'est très gentil de votre part. Au moins vous ne m'avez pas oubliée tout de suite (BECQUE, Parisienne, 1885, III, 6, p. 333). Si son galant l'épousait un jour, ce serait tout de même bien gentil de sa part (ZOLA, Germinal, 1885, p. 1490). Sans doute n'était-il pas très gentil de ma part de lui dire que ma bague me ferait autant de plaisir (GIDE, École femmes, 1929, p. 1265).
C'est (très) gentil à (toi) de + inf. Je veux bien, c'est même très gentil à toi d'avoir ce courage (ZOLA, Œuvre, 1886, p. 261). C'est très gentil à toi de te désoler, mais tu nous remplaceras facilement (MONTHERL., Olymp., 1924, p. 360).
Ce serait (si) gentil si. À mon retour, ce serait si gentil si vous vouliez venir un jour déjeuner à la maison! (MONTHERL., Célibataires, 1934, p. 871).
Par antiphrase. — Qu'a-t-il donc à gueuler comme ça? dit-elle en parlant de Bordenave. Ça va être gentil tout à l'heure... On ne peut plus monter une pièce sans qu'il ait ses nerfs, maintenant (ZOLA, Nana, 1880, p. 1324).
Rare, emploi à valeur d'adv. On joue gentil (COLETTE, Dialog. bêtes, 1905, p. 69).
2. [En parlant d'un comportement habituel, durable; le subst. désigne une pers.] Dont l'attitude ou le comportement est constamment agréable (pour les autres). C'est un gentil petit jeune homme à l'air doux et fin (E. DE GUÉRIN, Lettres, 1838, p. 219). Elle était une gentille petite femme (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Châli, 1884, p. 455).
Faire le gentil. Adopter des attitudes agréables, charmantes. Ils peuvent faire les gentils, à présent qu'ils nous ont troué la peau (ZOLA, Germinal, 1885, p. 1516). Je m'assieds devant lui, réservée et convenable; il fait le gentil, il est le professeur mondain de l'endroit (COLETTE, Cl. école, 1900, p. 232).
P. anal. [En parlant d'un animal] Je vagabonde (...) à la manière du cheval que l'obstacle importune, et qui fait le gentil, avec mille folâtreries de cheval, devant la barrière (COLETTE, Naiss. jour, 1928, p. 33).
Emploi subst. Si tu veux, ma gentille, tu mettras ta mantille (JACOB, Cornet dés, 1923, p. 64).
[P. anal. de comportement] Près de moi (...) un gentil petit macaque qu'on est venu m'apporter ce matin, que l'aspect de mon visage blanc terrifie (GIDE, Voy. Congo, 1927, p. 800). Le petit sanglier était bien gentil, dit Yvonne, mais le singe, quel cochon! (QUENEAU, Pierrot, 1942, p. 204).
C. — [Du point de vue quantitatif]
1. Fam. C'est déjà bien gentil (comme ça). C'est déjà suffisant. Tâchons de manger du pain, ça sera déjà bien gentil (ZOLA, Vérité, 1902, p. 54) :
6. FOURCHEVIF. — Il est bon de vous dire que j'ai quatorze cents têtes de moutons (...). Quand je dis quatorze cents... mon fermier aura la moitié.
ROUQUEROLLE. — Alors, reste à quatorze cents demi-têtes (...) c'est déjà bien gentil!
LABICHE, Fourchevif, 1859, 12, p. 417.
2. [Avec une nuance augmentative; spéc. en parlant de fin., écon.] D'une certaine importance. Une gentille somme (cf. une coquette somme) :
7. — Un tour à l'œil? proposa Petit-Pouce. Ça dégélerait le public, ça encouragerait les philosophes et une fois embrayée la soirée n'aurait plus qu'à rouler de séance en séance jusque vers le minuit, avec en fin de compte une gentille recette pour le sieur Tortose et la chemise trempée de sueur pour les trois athlètes.
QUENEAU, Pierrot, 1942, p. 11.
Par antiphrase. Désastreux. Le correspondant a disparu. Avec mon affaire d'Espagne, cela me fait une gentille fin de mois. — Mais est-ce vraiment une perte, votre affaire d'Espagne? — Certainement, sept cent mille francs hors de ma caisse, rien que cela (DUMAS père, Monte-Cristo, t. 2, 1846, p. 97).
Emploi subst. masc. à valeur de neutre. Il diffère de son rival à chaque pas, de toute la distance du gentil et du sémillant au solennel (SAINTE-BEUVE, Port-Royal, t. 2, 1842, p. 80). Qu'il la déteste cette femme « avec son cerveau d'enfant, qui vous condamne à voir les plus grandes choses sous l'aspect du sensuel, du tendre, du gentil... » (MASSIS, Jugements, 1923, p. 225).
Prononc. et Orth. : [], fém. [-tij]. l final du masc. se lie en [j] devant voyelle; ex. : gentil enfant []. Le mot est admis ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. Ca 1050 « d'origine noble » (Alexis, éd. Chr. Storey, 20); id. « noble par ses sentiments, son comportement » (ibid., 478); ca 1100 (Roland, éd. J. Bédier, 377); ca 1160-74 « agréable à regarder, gracieux » (WACE, Rou, éd. A. J. Holden, II, 1113); ca 1220 « bienveillant, délicat, amical » (Amadas et Ydoine, 5551 ds T.-L.); 1667 par antiphrase (MOLIÈRE, Misanthrope, II, 1). Du lat. gentilis « propre à la race, à la famille », d'où en fr. « de bonne race, généreux; gracieux, aimable » par une évolution semblable à celle de gent adjectif. Fréq. abs. littér. : 3 136. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 1 639, b) 5 763, XXe s. : a) 6 629, b) 4 858. Bbg. DUCH. Beauté 1960, pp. 162-164, 170-172. - ROTHE (W.). Z. rom. Philol. 1962, t. 78, pp. 189-190. - SPITZER (L.). The gentiles. In : S. (L.). Essays in historical semantics. New York, [1948]. - VENCK. 1975, pp. 263-292.

1. gentil [ʒɑ̃ti] n. m.
ÉTYM. 1488; plur. lat. gentiles, correspondant à l'hébreu gôim « peuples non juifs ». → Goy.
1 Hist. relig. Non-juif, païen (pour les juifs et les premiers chrétiens). || Chrétiens (cit. 1) persécutés par les Gentils. || Saint Paul, apôtre des Gentils.
1 (…) il (Paul) se donna pour mission de faire parmi les gentils ce que Pierre avait fait parmi les Juifs de Jérusalem (…)
Émile Burnouf, la Science des religions, p. 88.
2 Chose étrange ! que le christianisme soit maintenant obligé de se défendre devant ses enfants, comme il se défendait autrefois devant ses bourreaux, et que l'Apologétique aux gentils soit devenue l'Apologétique aux chrétiens !
Chateaubriand, le Génie du christianisme, III, IV, II.
2 Relig. chrét. Non-chrétien. Infidèle, mécréant. || Convertir les Gentils (→ Aspersion, cit. 3). || Le gentilisme, religion des Gentils. Paganisme.Adj. || Gentil, ile [ʒɑ̃ti, il]. Rare. || Les peuples gentils, les nations gentiles. Gentilité.
3 Là-haut, dit Mme Sarlat avec la patience bienveillante d'une initiée enseignant un Gentil, le temps n'existe pas. Il n'y a pas d'horloge. Tout n'est que présent.
Jean-Louis Curtis, le Roseau pensant, p. 10.
HOM. 2. Gentil.
————————
2. gentil, ille [ʒɑ̃ti, ij] adj.
ÉTYM. V. 1050; du lat. gentilis « de famille, de race », de gens, gentes « race, famille ».
1 Vx. Noble de naissance. Gentilhomme.
Noble de cœur ( Généreux). Brave, vaillant ( Preux). || Un gentil chevalier (→ Avocat, cit. 19).
1 (…) un si gentil et si vertueux Prince (…)
du Bellay, les Regrets, CXXIV.
2 Gentil damoisel, que je ne sais encore nommer, recevez ma fille pour femme (…) Je ne la pourrais donner à un plus prud'homme.
Boulenger, Merlin l'Enchanteur, in Rom. Table ronde, XXI, p. 52.
2 (Fin XIIIe). Mod. Qui plaît par la grâce délicate de ses formes, de son allure, de ses manières. Agréable, aimable, beau, charmant, gent (vx), gracieux, joli, mignon, plaisant. || Un petit garçon fort gentil (→ Boiteux, cit. 4). || Une gentille petite fille.REM. Une gentille femme, fille sera plutôt compris au sens psychologique. — Elle est gentille comme un cœur, gentille comme tout. || Un gentil minois.
3 Le sorcier en fit une fille
De l'âge de quinze ans, et belle, et si gentille,
Que le fils de Priam pour elle aurait tenté (…)
La Fontaine, Fables, IX, 7.
4 (…) de petits êtres gentils, fort mignons et fort poupins, très dignes d'être trouvés charmants par d'autres même que par leurs mères.
Th. Gautier, Souvenirs de théâtre…, Gavarni, II.
5 Le cœur de Lola était tendre, faible et enthousiaste. Le corps était gentil, très aimable, et il fallut bien que je la prisse dans son ensemble comme elle était.
Céline, Voyage au bout de la nuit, p. 51.
(En parlant d'animaux). || Gentille alouette (cit. 1).
5.1 Comme ils (les canards) sont gentils quand ils volent ! Comment peut naître chez un homme (hormis s'il a faim) le geste de les mettre en joue.
Montherlant, le Démon du bien, p. 18.
(1690, Furetière). Choses. Charmant (→ fam. Un amour de…). || Une gentille petite robe. || De gentils bibelots. || C'est gentil ce que vous chantez là !Fam. || C'est gentil comme tout. || C'est gentil tout plein.
6 Théodore leur fit présent de l'étonnant tableau qu'ils n'avaient pu voir, et qui représentait l'intérieur de cette vieille boutique, à laquelle était dû tant de bonheur. — C'est-y gentil ! s'écria Guillaume. Dire qu'on voulait donner trente mille francs de cela.
Balzac, la Maison du chat-qui-pelote, Pl., t. I, p. 47.
7 (…) il se souvint d'un ancien retour, pareil (…) de la gentille mascarade avec les habits de mariage de la vieille tante et de l'oncle (…)
Émile Henriot, les Romantiques, p. 412.
REM. Gentil convient au charme superficiel de tout ce qui est petit, léger, menu, délicat. Son emploi comporte parfois (surtout en matière d'arts, de littérature, etc.) une nuance dépréciative ou condescendante. → Gentillet, mièvre, mignard. Une comédie gentille, sans plus. Un gentil talent.
8 À huit ans, ma fille me brodait ce napperon, tenez… Oh ! ce n'est pas du travail fin, mais c'est gentil tout de même.
Colette, la Maison de Claudine, La couseuse.
8.1 Alors son père, qui avait un gentil talent avec le crayon, voulut lui apprendre le dessin.
Montherlant, Pitié pour les femmes, p. 12.
3 (V. 1360). Qui plaît par sa délicatesse morale, sa douceur, sa bienveillance. Délicat, généreux.(Actions, etc.). || Une intention gentille. || Gentille attention. || J'ai reçu votre gentille lettre (→ Affamé, cit. 5). || C'est gentil, ce n'est pas gentil de sa part.(Personnes). || Être gentil avec qqn, pour qqn, avoir pour lui des égards, des attentions (cit. 44). Aimable, bon; régional amiteux. || Personne gentille et serviable. Complaisant, obligeant. || C'est un garçon très gentil. Chic (fam. Un chic type). || Sois gentil, prête-moi cette somme. || Vous êtes trop gentil de… || Sa femme, sa copine est très gentille.
9 — Eh bien, mes enfants ! vous venez faire visite au vieux capitaine; c'est gentil à vous.
A. de Vigny, Servitude et Grandeur militaires, I, V.
10 Il se montrait gentil, plein de soins, d'égards, de tendresse.
Maupassant, Bel-Ami, II, VI.
11 Elle est trop gentille, aussi, cette petite ! A-t-on jamais vu un amour de femme comme celle-là ? Pas un mot, pas une plainte !
Colette, Chéri, p. 115.
12 La misère poursuit implacablement et minutieusement l'altruisme et les plus gentilles initiatives sont impitoyablement châtiées.
Céline, Voyage au bout de la nuit, p. 290.
12.1 (…) ce grand type dégingandé que j'avais vu une fois avec elle… Assez antipathique au premier abord, mais après il a été très gentil… Il a quelque chose de direct, de franc.
N. Sarraute, le Planétarium, p. 112.
(Déb. XXe). Spécialt. Qui se comporte comme le souhaitent les adultes (d'un enfant). Sage. || Si tu n'es pas gentil, tu n'iras pas au cinéma.
REM. Cet emploi (3.) de gentil est typique du vocabulaire enfantin traditionnel, qui utilise le couple d'opposés gentil-méchant; ou gentil-vilain.
N. m.(V. 1770, Rousseau). Vieilli. Faire le gentil : affecter des manières agréables, aimables (→ Cheval, cit. 32; fois, cit. 14).
Spécialt. Doux, tendre. || De gentils mots d'amour.
13 (Il) me disait les mots les plus gentils du monde (…)
Molière, l'École des femmes, II, 5.
(Avec une idée de complaisance amoureuse). || Sois gentille avec ton petit homme.
14 — (Dulac s'approche et à mi-voix). Si je le garde encore une fois, tu seras gentille ? — (Eurydice baisse les yeux). Oui.
Anouilh, Eurydice, III.
4 (1666, Molière). Iron., par antiphr. || Vous faites là un gentil métier. Joli. || Tout cela est bien gentil, mais en attendant, le travail n'avance pas.
15 Certes, pour un amant, la fleurette est mignonne,
Et vous me traitez là de gentille personne.
Molière, le Misanthrope, II, 1.
5 (XXe). D'une certaine importance (argent). Coquet. || Il en coûte la gentille somme de… || Il a encaissé un gentil bénéfice.
6 Bois gentil. Daphné, garou.
CONTR. Disgracieux, laid, vilain; odieux; insupportable, méchant, vilain.
DÉR. et COMP. Gentilhomme, gentillâtre, gentillesse, gentillet, gentiment.
HOM. 1. Gentil.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • gentil — 1. (jan ti ; l l ne se prononce jamais ; au pluriel, l s se lie : les jan ti z et leur apôtre) s. m. Il se dit des anciens polythéistes, par opposition aux Juifs et aux Chrétiens. C était un gentil. •   Nous avons été baptisés dans le même esprit …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • gentil — GENTÍL, Ă, gentili, e, adj. (Despre oameni şi manifestările lor) Amabil, politicos, curtenitor, îndatoritor. ♦ (înv.) Drăguţ, plăcut, nostim. – Din fr. gentil, it. gentile. Trimis de gall, 13.09.2007. Sursa: DEX 98  Gentil ≠ bădărănos, grosolan …   Dicționar Român

  • Gentil — ist der Familienname folgender Personen: Anton Gentil (1867–1951), deutscher Fabrikant und Kunstsammler Émile Gentil (1866–1914), französischer Kolonialadministrator Fernando Gentil (* 1950), brasilianischer Tennisspieler Guillaume Le Gentil de… …   Deutsch Wikipedia

  • gentil — (Del lat. gentīlis). 1. adj. Entre los judíos, se dice de la persona o comunidad que profesa otra religión. U. t. c. s.) 2. pagano2. U. t. c. s.) 3. Brioso, galán, gracioso. Gentil mozo. [m6]Gentil donaire. 4. notable. G …   Diccionario de la lengua española

  • Gentil — may refer to:People: *Émile Gentil, a French colonial administrator *Guillaume Le Gentil, a French astronomerPlaces: *Gentil, Rio Grande do Sul, a municipality in Brazil *Port Gentil, a city in GabonOther: * Gentil, a white wine blend from Alsace …   Wikipedia

  • gentil — Gentil, Honestus. Gentil secours, Bellissimum subsidium. Gentil, plaisant, et civil, Venustus et vrbanus. Tout gentil, Hilaris et nitidus. B. ex Iuuenal. Faire d un gentil homme et noble un plebée, Ad pedem traducere. O le gentil personnage,… …   Thresor de la langue françoyse

  • Gentil — puede referirse a: Goy, término usado por los judíos para referirse a las naciones o individuos no judíos. A veces Por extensión se usa como denominación hacia los no cristiano. Pagano, término que suele aplicarse a las personas que tienen… …   Wikipedia Español

  • gentil — adjetivo 1. Uso/registro: restringido. Que se comporta con amabilidad y cortesía: Has sido muy gentil conmigo, no sé cómo agradecerte tanta amabilidad. 2. (antepuesto) Uso/registro: elevado. Que es apuesto y bien parecido: Tiene una gentil figura …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • Gentil — Le nom est très fréquent dans toute la France, avec cependant une prédominance dans la Seine Maritime, l Isère et la Marne. Il signifie au départ de race noble , mais il a assez vite évolué vers son sens actuel. Cependant, vers le XIIe siècle, on …   Noms de famille

  • Gentil — Gen til, a. & n. Gentle. [Obs.] Chaucer. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Gentil — (fr., spr. Schangtil), artig, feingesittet …   Pierer's Universal-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.